Bright Mirror Africa

Bright Mirror Africa : les pieds dans l’eau

Pour la première fois, le 09 janvier 2019, Bright Mirror a franchi les frontières !

Au Hasard Ludique à Paris, et en partenariat avec Jokkolabs à Dakar et l’Impact Hub à Accra, des citoyens se sont retrouvés pour aborder le thème du futur de l’eau. Le temps d’une soirée, Français, Sénégalais et Ghanéens sont réunis pour inventer un futur optimiste.

Depuis Paris, Kristy Anamoutou, directrice Open Leadership chez bluenove, rappelle les grands principes de Bright Mirror. Une initiative destinée à rassembler une communauté désireuse de s’engager dans la construction d’un avenir lumineux. Bright Mirror s’inspire du design fiction, pour se projeter dans le futur et prototyper des futurs désirables. Pour cette soirée, un seul mot d’ordre : « Vivez l’expérience avec votre imagination, votre corps et votre coeur ».

Puis Mawena Yehouessi, fondatrice de Black(s) to the Future, explicite la notion d’afrofuturisme :

« L‘afrofuturisme, en terme de méthodologie, s’articule autour de trois notions : fiction, prospective et politique. L’afrofuturisme n’est pas qu’une esthétique, c’est d’abord un engagement pour ces générations à venir. Il ne s’agit pas de penser ce que le monde sera mais ce que le monde peut être. » 

Les imaginaires africains sont ainsi convoqués, pour relever le défi universel relié à l’eau, et dépasser les représentations habituellement associées au “continent mental” qu’est l’Afrique. 

Enfin Anna Tjé, de la revue Ataye, livre quelques conseils d’écriture. Elle appelle à créer une fiction visionnaire, en se basant sur les imaginaires de chacun tout en s’appuyant sur la force du groupe.

Des ateliers d’écriture collective à Accra, Dakar, Paris

Par groupe de quatre, nos écrivains en herbe ont une heure pour laisser libre cours à leur imagination. Slam, poème, pièce de théâtre, conte, micronouvelle…tous les formats sont permis ! Deux contraintes : adopter un prisme positif et commencer son récit par l’une des trois phrases suivantes :

32 mars 2055, c’était la dernière averse de l’année…

32 mars 2055, nous plongeons dans l’océan pour…

32 mars 2055, nous partageons une bouteille d’eau de pluie pour célébrer…

Des gardiennes d’eau, une déclaration universelle des droits des poissons, des gouttes chargées d’émotion…les histoires sont riches, et teintées d’optimisme.

A Paris, la soirée s’achève sur une prière, dans un laboratoire de technomagie, où l’eau devient soudain immortelle.

Madji ya utawaza

Eau mer, Eau océan

Coule, coule, apparaît maintenant

Bright Mirror Africa    Bright Mirror Africa .  

Ateliers d’écriture à Dakar et Accra

Je découvre les histoires